Snoocode, l’application mobile qui révolutionne la géolocalisation en Afrique.

« Voulez-vous venir chez moi ? …. Je vous donne mon snoocode alors … CJJFNN. Si vous avez un souci, rappelez-moi ». Pour sesinam Dagadu, jeune entrepreneur ghanéen à l’origine d’une start-up en plein développement, s’il s’agit de discuter de SnooCode, autant commencer par la preuve par l’exemple.

C’est quoi exactement Snoocode ?

Snoocode est une application mobile permettant de générer un code unique pour chaque endroit, grâce à un système de géolocalisation des smartphones, afin de remplacer les adresses de rue à peu près inexistantes dans la plupart des pays africains.

L’idée :

Cela fait à peu près dix ans que Sesinam Dagadu travaille sur la mise en place de ce service. Tout a débuté quand il était étudiant en Angleterre. Une fois ces études terminées il décide de revenir travailler dans son pays d’origine le Ghana. Il est embauché à Ecobank et découvre à quel point le manque d’adresses formelles est bloquant. Cette réalité est d’autant plus vraie au Ghana que dans la plupart des pays africains. Les adresses avec code postal, nom de rue et numéro restent du domaine du virtuel. Pour se rendre dans un endroit chacun se débrouille comme il peut en utilisant des repères : tu vas au mall d’Accra, à l’université X, ensuite tu remontes la rue, première à droite, puis quatrième maison…

Sesinam Dagadu a eu l’idée de son projet après avoir pris en photo une vendeuse ambulante, panier sur la tête et téléphone en main : « Si quelqu’un qui ne sait peut-être pas lire détient un outil puissant qui peut faire des calculs compliqués pour lui, pourquoi ne pas mettre en place un système pour générer un code unique pour chaque endroit, qu’on peut ensuite utiliser comme adresse ? J’ai donc décidé de créer une application pour ça.»

Version panafricaine:

L’objectif principal de Sesinam c’est d’étendre son application sur tout le continent africain. La version bêta panafricaine a été lancée en juin 2017, il reste confiant sur l’avenir de son projet et embauche actuellement plus de Huit personnes. La start-up a déjà cumulé plusieurs prix et fait partie des start-up les plus prometteuses en Afrique selon l’Académie royale d’ingénierie du Royaume-Uni et l’Africa Tech Pitch London : « Une excellente opportunité pour se faire connaître des investisseurs potentiels » dit Sesinam Dagadu.

Le financement

Trouver un financement pour financer sa start-up en Afrique est un parcours du combattant mais pas impossible. Sesinam Dagadu admet que lancer une start-up au Ghana, « c’est compliqué ». Malgré tout il n’est pas prêt à quitter le continent car pour lui « Il faut vivre ici pour comprendre les gens et ce qui est important pour eux. Si j’étais juste passé, j’aurais développé SnooCode à partir de ma réalité, privilégiée, du Ghana. En plus, si dans un endroit, comme le Ghana ou l’Afrique, il y a beaucoup de croissance et qu’on veut y participer, il faut y être. »
Maintenant, Sesinam Dagadu est « prêt à lever des fonds ». Il recherche des investisseurs prêts à mettre de l’argent et surtout à lui donner le temps pour développer un business qui a du sens.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*